“Le Viager est une Relation Partenariale”, Retour d’un Acheteur en Viager

Monsieur Leroy*, acheteur en viager auprès de l’Institut National du Viager, a accepté pour nous de revenir sur son expérience et son choix de l’achat en viager.

Monsieur Leroy a 49 ans, il est divorcé, a deux enfants et il est le directeur général d’une entreprise. Il possède trois viagers en plus de biens immobiliers en nue propriété acquis par l’achat traditionnel : un à Paris 12, un à Boulogne et un à La Baule.

Monsieur Leroy, pourquoi avoir choisi d’acheter en viager ?

Comment devenir un acheteur en viager ?

Les biens immobiliers en location amènent indéniablement des soucis de gestion locative.

Les placements sécurisés traditionnels ne rapportent rien ou pas grand chose ! J’avais envie de diversifier mes placements. J’ai deux gestionnaires de patrimoine et ils font un travail compliqué : il est difficile d’obtenir de la rentabilité sur mes placements. Je suis même content quand je ne perds pas d’argent !

Je pense que le viager immobilier est un investissement immobilier intéressant pour diversifier mes placements dans la pierre et les rendre rentables grâce à la décote entre autres.

Par ailleurs, j’ai beaucoup aimé le fait d’investir pour aider des personnes âgées à obtenir un complément de revenus pour améliorer leur quotidien, pour partir en maison de retraite ou tout simplement pour faire un cadeau. J’ai trouvé que la démarche d’entraide intergénérationnelle était intéressante.

Pourquoi choisir le viager plutôt que la vente traditionnelle ?

Les prix de vente de biens sur Paris sont extrêmement onéreux. Je n’avais pas spécialement envie de payer 12 000 € le mètre carré ! Financièrement, il me semble qu’il est plus intéressant de passer par le viager.

Par ailleurs, cela m’évite la gestion locative. J’ai des locataires qui parfois ne paient pas leur loyer ou détériorent le bien alors que là je n’ai pas le problème : c’est moi, en tant que débirentier qui doit m’acquitter du paiement de la rente au crédirentier (vendeur) !

Je crois beaucoup au viager, c’est vraiment un produit d’avenir qui n’est pas assez connu aujourd’hui. 5 000 à 6 000 ventes en viager sont réalisées chaque année pour des centaines de milliers de biens qui ne trouvent pas d’acquéreur… Il y a peut-être encore un tabou sur le viager qui n’a pas lieu d’être mais c’est un manque de culture et de communication autour de ce produit.

  • D’un côté pour les familles ayant peu de moyens, le viager peut aider à financer un départ en maison de retraite.
  • De l’autre, c’est un placement intéressant même pour des jeunes. Si j’avais connu le viager à 30 ans, je m’y serai tourné plus tôt ! J’aurais préféré mettre 200 € par mois pour un viager et ne pas avoir à gérer les locations et les emprunts à la banque parce que c’est compliqué quand on travaille.

La vente en viager est une relation tripartite entre le vendeur en viager, l’acheteur et l’agent qui doit pouvoir bénéficier à tout le monde. Si le vendeur estime son bien trop cher, il n’arrivera pas à le vendre. De même si l’agent prend une commission trop onéreuse. Et si l’acheteur cherche à casser les prix, cela ne peut pas fonctionner non plus.

Quand je fais une propositions d’achat en viager, j’utilise des données factuelles avec par exemple l’outil Patrim et je reçois les conseils de Dominique Charrier, qui est honnête, souple et cherche avant tout à rendre service aux deux parties prenantes.

Découvrez également le témoignage d’un vendeur en viager.

Quel est votre objectif avec les achats en viager ?

Je souhaite faire de la location et du rendement locatif au décès du vendeur quand son bien est en viager occupé. Celui de La Baule est en viager libre avec rente viagère : je suis en train de le rénover pour ensuite le louer.

Mon objectif final est de me constituer un patrimoine immobilier pour avoir un complément de retraite grâce aux loyers.

Bon à savoir ! Il existe plusieurs types de viager : le viager occupé, comme son nom l’indique, l’occupant jouit de son droit d’usage et de son droit d’habitation jusqu’à son décès ; le viager libre, directement habitable ou louable ; le viager avec rente mensuelle, trimestrielle ou annuelle (arrérages) dont le montant est défini en amont ; le viager sans rente avec paiement du bouquet total à la signature du contrat de vente.

L'achat en viager est une relation partenariale.

L’investisseur en viager noue une relation de long terme avec son vendeur.

Comment avez-vous rencontré Dominique Charrier ?

Je ne suis pas toujours passé par l’Institut National du Viager. J’ai été chez la concurrence à mes débuts mais j’avais besoin d’un accompagnement plus spécifique notamment pour acheter plusieurs biens.

C’est là que j’ai fait appel à Dominique Charrier, qui m’a été d’un grand conseil dans chacun de mes achats, même lorsque je passais par une autre agence que l’Institut National du Viager. Je lui fais vraiment confiance, c’est un vrai expert immobilier du viager et il a beaucoup d’expérience.

Par exemple, un jour, j’ai visité un bien avec Dominique Charrier mais il ne me convenait pas. J’ai poussé la porte d’une agence traditionnelle parisienne qui vendait un bien correspondant à mes recherches en viager. C’était une bonne opportunité pour moi dans un quartier que je connaissais bien.

J’en ai fait part à Dominique qui m’a conseillé à ce sujet. Je suis passé par l’agence traditionnelle pour la signature de l’acte de vente mais j’avais bénéficié des précieux conseils de Dominique Charrier. Depuis, il me suit à chacun de mes achats a minima pour du conseil.

“Le viager, c’est comme un couple, une relation partenariale.” 

Pourquoi passer par l’Institut National du Viager ?

Je me suis renseigné sur le viager au début et j’ai rencontré plusieurs personnes dont le leader du marché. Ce qui m’a plu chez Dominique, c’est qu’il a une approche équilibrée entre l’acheteur et le vendeur.

Il met tout en oeuvre pour ne léser personne et accompagne réellement le vendeur aussi bien que l’acheteur de A à Z.  C’est quelque chose qui me manquait dans les autres agences. J’avais l’impression que la relation était moins travaillée.

Le viager, au-delà de l’achat d’une maison en viager ou de la vente immobilière, c’est l’instauration d’une relation qui va durer. Il y a de l’humain dedans.

Je vois mes vendeurs au minimum une fois par an. Alors, je prends le soin de les sélectionner. Cela va plus loin que le simple achat d’une maison ou d’un appartement en viager. Le viager, c’est comme un couple, une relation partenariale. Je cherche des personnes de confiance avec qui le feeling passe.

Et Dominique l’a bien compris. Il sait sélectionner les profils qui vont s’entendre parce qu’il a une connaissance fine des acheteurs et des vendeurs. Hormis toute la partie technique qu’il maîtrise sur le bout des doigts, le relationnel est sa vraie valeur ajoutée.

 

Vous souhaitez acheter un bien immobilier en viager ? Faites-vous accompagner ! Contactez-nous !

*Le nom de famille a été modifié sur demande de l’acquéreur. 

Dominique Charrier

About Dominique Charrier

One Comment

Leave a Reply

Call Now Button